Home » Google supprime les stalkerwares après que les chercheurs aient découvert des traqueurs dans la boutique Play Store

Google supprime les stalkerwares après que les chercheurs aient découvert des traqueurs dans la boutique Play Store

 

Taken From CNET.COM

On penserait qu’il serait difficile de trouver une application qui puisse secrètement suivre toutes les activités d’une personne. Toutefois, les chercheurs les ont trouvées en libre accès dans la boutique Play Store de Google.

L’entreprise d’antivirus Avast a déclaré mercredi qu’elle a trouvé sept stalkerwares disponibles dans la boutique Android. Au total, ils ont été installés plus de 130 000 fois. Google a retiré quatre applications après qu’Avast ait signalé les violations de la vie privée mardi, et a retiré les trois dernières mercredi. 

Google a déclaré que sa politique interdit les logiciels espions commerciaux et encourage les gens à signaler toute application qui enfreint ses normes.

Les stalkerwares se présentent souvent comme des logiciels conçus pour la sécurité des enfants ou pour la recherche des téléphones volés, mais elles sont surtout utilisées par des abuseurs qui harcèlent des personnes dans le cadre de relations personnelles. Elles ont la capacité de suivre et d’envoyer des données de localisation, ainsi que de fournir des contacts, des journaux d’appels et des messages texte.

« Spy Tracker » est une application qui est présentée comme un moyen d’assurer la sécurité des enfants, mais la majorité des commentaires sont centrés sur la surveillance de leur partenaire. Les attaquants ont besoin d’un accès physique aux appareils des victimes pour installer ces applications, mais ils peuvent les garder relativement cachées alors qu’ils suivent secrètement toutes les actions de la personne. 

Once installed on a device, the attacker can get real-time location data and call logs without the victim ever knowing. - Avast

Une fois que l’application est installée sur un appareil, l’attaquant peut obtenir des données de localisation en temps réel et des journaux d’appels sans que la victime ne s’en rendre compte. – Avast

„Ces applications sont hautement contraires à l’éthique et problématiques pour la vie privée des gens et ne devraient pas se trouver dans la boutique Google Play Store, car elles encouragent des comportements criminels et peuvent être utilisées par des employeurs, des harceleurs ou des partenaires abusifs pour espionner leurs victimes », a déclaré Nikolaos Chrysaidos, Chef du service de renseignement et de sécurité sur les menaces mobiles d’Avast, dans un communiqué. « Certaines de ces applications sont proposées comme des applications de contrôle parental, mais leurs descriptions donnent une impression différente, en disant aux utilisateurs que l’application leur permet de « garder un œil sur les tricheurs.“

Comme des chercheurs ont constaté en 2018 que de nombreux programmes antivirus ne signalaient pas les stalkerwares déjà connus, il est difficile de dire si un stalkerware est installé sur votre appareil. 

Les sept applications que Nikolaos Chrysaidos a découvertes incitaient l’attaquant à installer d’autres logiciels, puis à supprimer le téléchargement initial. Cela permettait à ces stalkerwares d’espionner les victimes en masquant l’icône de l’application, afin que ces dernières ne sachent pas qu’elles étaient suivies.

En avril l’entreprise de cybersécurité Kaspersky a annoncé qu’elle commencerait à sévir contre les stalkerwares en tant que traqueurs malveillants et à avertir les utilisateurs s’ils sont surveillés. 

Rien qu’en 2018, l’antivirus de Kaspersky a découvert des stalkerwares sur 58 487 appareils. D’autres entreprises antivirus comme Symantec, Malwarebytes et Lookout, ont également indiqué qu’elles intensifiaient leurs efforts pour bloquer les stalkerwares. Avast a déclaré que sa détection des menaces reconnaît également les stalkerwares et en avertit ses utilisateurs. 

Les concepteurs de stalkerwares n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Publié pour la première fois le 17 juillet à 10 h 46, heure du Pacifique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.